Le blogue de Martine Peters

Quelques idées qui me viennent…

Une vidéo de Noël sur le plagiat 20 décembre 2016

Filed under: plagiat,université — Martine Peters @ 23:40

Intéressant comme concept de profiter du temps des fêtes pour parler du plagiat dans une vidéo! Réalisée en 2010 par l’Université de Bergen, il y est question d’un fantôme de Noël, d’humiliation, d’arme secrète, et du développement de compétences. Une bonne façon de passer cinq minutes en mangeant un morceau de tourtière!

P.S. N’oubliez pas de cliquer sur le bouton CC pour avoir les sous-titres!  🙂

 

 

La prison pour avoir triché! 1 décembre 2016

Filed under: tricherie,université — Martine Peters @ 10:42

L’université Concordia a pris les grands moyens! Selon l’article de Gabrielle Duchaine (21 octobre 2016), la police a été appelée pour arrêter une personne qui écrivait un examen à la place d’un étudiant. Le message a le mérite d’être clair: c’est la prison pour six mois ou une amende salée de 5000$ si vous trichez!

jail-161645_1280 Image de https://pixabay.com/fr/prison-cadenas-filles-triste-161645/

Can you go to jail if you cheat at Concordia University? Yes for six months or you can be charged 5000$… Be safe, don’t cheat!

 

La retraite du pape… 17 février 2013

Filed under: éducation,travail d'une universitaire,université — Martine Peters @ 21:57

20130217_pape

De nos jours, je me sens comme le pape! Je voudrais aller me reposer dans un monastère, prendre mes distances du monde de l’éducation qui va si mal. Il n’y a qu’à lire les médias pour savoir que tous les maux de notre société trouvent leur source dans notre système de l’éducation. Par exemple, Foglia qui recommence…

Puis-je poser une autre question qui n’intéressera personne? Abordera-t-on à ce sommet un des problèmes majeurs de l’enseignement supérieur au Québec: la formation des maîtres? Formation autrement centrale, capitale, si vous voulez mon avis, que la formation des médecins, des dentistes ou des joueurs de flûte à bec. Autrement importante parce que tout part de la formation des maîtres, et tout y revient, elle définit la mission de l’école, détermine sa place dans la société. Va-t-on bientôt finir par le faire, ce débat pédagogie-culture générale?
Va-t-on finir par poser brutalement la question: à quoi sert-il de former des maîtres experts en pédagogie et nuls en tout le reste, sans culture ni sens critique, évidemment inaptes à transmettre les savoirs qu’ils n’ont pas?  (Foglia, P. publié le 11 février 2013, http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/pierre-foglia/201302/09/01-4620019-parlera-t-on-aussi-deducation.php)

Il m’énerve celui-là! Je l’invite à venir passer une semaine dans une classe, du primaire, du secondaire ou encore à la formation des maitres! Il ne durera pas. Il rentrera rapidement écrire sa petite chronique et faire son vélo dans sa campagne, loin de la réalité!

Par contre, Foglia a raison (même si cela me tue de le dire)! Oui, notre système d’éducation est malade. Oui, le sommet sera fort probablement une perte de temps! Oui, la formation des maîtres peut être améliorée! Malheureusement, comme l’Église catholique, le système d’éducation vit d’énormes changements et il peine à s’adapter. Est-il désuet comme l’église? Fort probablement! Que faire? Démissionner comme le pape ou arrêter de critiquer et reconstruire? C’est la question que devraient se poser enseignants, directions d’école, parents et étudiants…

P.S. Merci à Andrée Poulin pour l’image!

 

Déçues toutes les deux! 28 novembre 2012

Filed under: étudiants,travail d'une universitaire,université — Martine Peters @ 21:41

Mon étudiante est venue me rencontrer dans mon bureau LUNDI! Elle m’a reproché de ne pas lui avoir écrit un message courriel pour lui signaler son erreur…

Elle a beaucoup pleuré en expliquant qu’elle déteste les technologies et que si elle avait pu remettre son travail sous format papier, elle l’aurait fait quatre jours avant la date limite. Elle a suggéré que je demande aux autres étudiantes ce qu’elles pensaient que devrait être la pénalité imposée pour le retard parce qu’elle-même n’avait pas d’idée, n’étant pas objective devant la situation.

Lorsque je lui ai dit que la direction du module suggérait une pénalité de 25 %, les larmes ont recommencé de plus belle. Je lui ai redemandé de me faire une suggestion, de négocier à la baisse la pénalité. Elle n’a jamais voulu. Finalement, parce qu’elle faisait pitié et que son argument sur la technologie était plus ou moins légitime, j’ai diminué la pénalité à 20 %. Elle est tout de même partie fâchée, déçue et sans aucun remerciement bien que sa note de 0 soit effacée…

Ma réaction : déception, mais aucune surprise!

 

Le chien a mangé mon travail! 26 novembre 2012

Filed under: étudiants,travail d'une universitaire,université — Martine Peters @ 21:51

À l’université, comme au primaire ou au secondaire, certaines situations avec la remise des travaux sont parfois cocasses, parfois ennuyantes. Cette semaine, je fais face à une situation du deuxième type… Mon étudiante, après avoir reçu un 0 pour son travail, se réveille et se rend compte qu’elle a déposé dans Moodle le mauvais document. Maintenant, ce n’est plus le chien qui se fait blamer, c’est la technologie. Ledit document ne répond pas du tout aux exigences du travail.

Après m’avoir écrit (au moins cinq fois puisqu’il semble que la situation l’empêche de dormir), elle exige une rencontre. Oui, vous avez bien lu. Exige une rencontre dans son message courriel, avec le sujet en majuscule LUNDI (sans majuscules dans le corps du texte, ni ponctuation ou de signature). Sentez-vous la moutarde qui me monte au nez? L’approche client se retrouve de plus en plus dans nos universités…

Tous les travaux corrigés ont été remis aux étudiants. La pôvre étudiante a donc accès à la rétroaction des autres travaux pour améliorer le sien si je lui permets de remettre son travail maintenant. Par contre, si je refuse une nouvelle version du travail, j’évalue son organisation et non ses compétences de future enseignante. Que feriez-vous avec cette situation?

A+  A   A-  B+  B   B-  C+  C   C-  D+  D   D-  E  

 

Bilan pour South China Normal University 19 juin 2012

Filed under: Chine,sabbatique,université — Martine Peters @ 16:36

Je viens tout juste de terminer le bilan de mon année en Chine pour South China Normal University. Je regarde ce que j’y ai fait et je suis très très satisfaite du déroulement de mon année. J’ai donné des cours d’écriture, des ateliers aux étudiants et aux professeurs et surtout j’ai fait une collecte de données fantastiques.

Mon rapport se termine comme ceci :

“I would like to finish this brief sabbatical report by expressing my high level of satisfaction with the year that has just come to an end. My expectations for research and teaching have been met and exceeded. During my year in China, I have developed my skills as a teacher and a researcher through contacts with colleagues at SCNU. I am going back to Canada, sad to leave China but so much richer for having spent a wonderful year at the Nanhai campus. Again all my heartfelt thanks to everyone for making this possible.”

C’est le contact humain avec les collègues, les étudiants que je garderai comme souvenir de mon année en Chine. J’ai été accueillie comme une reine à SCNU. J’ai été une « star » pendant une année! Vous ne pouvez pas savoir comment c’est bon pour l’égo de se faire traiter comme une vedette par autant de gens. Sur le campus, tout le monde voulait me parler, me toucher, assister à mes cours. Je n’avais jamais vécu cela auparavant! Maintenant, je rentre au Canada où je dois revenir une professeure parmi tant d’autres…

Une étudiante de SCNU, Roxanne

Une étudiante de SCNU, Roxanne

 

La grève des étudiants au Québec 27 avril 2012

Filed under: étudiants,université — Martine Peters @ 20:33

Plusieurs personnes m’ont demandé ma position sur la grève des étudiants qui se déroule actuellement au Québec. J’ai longuement réfléchi avant de donner ma position pour trois raisons.

Premièrement, je suis dans un pays où une telle grève est impossible puisque le gouvernement ne le permet pas, mais aussi parce qu’il ne viendrait jamais à l’idée des étudiants de se révolter contre le système. Difficile donc de concilier le système dans lequel je vis présentement avec le système complètement différent du Québec.

Deuxièmement, je suis loin de la grève, j’obtiens les nouvelles toujours avec 12 heures de retard! Je ne la vis pas cette grève avec mes étudiants, mes collègues, mes administrateurs à l’UQO.

Troisièmement, je suis dans une position difficile, je suis sur la clôture! Je risque donc de ne plaire à personne en expliquant ma position que voici.

J’appuie complètement les étudiants. Je suis tout à fait d’accord que la hausse de frais de scolarité proposée par le gouvernement est ridicule.

J’appuie aussi la hausse des frais de scolarité parce que nos universités sont sous-financées et qu’il est temps que les frais augmentent si nous voulons continuer à offrir des programmes de qualité.

Par contre, une augmentation RAISONNABLE des frais de scolarités étalée sur de nombreuses années, négociée avec les associations étudiantes, voici ce qui aurait dû être proposé par le gouvernement.

Comme vous voyez, je ne serais pas populaire auprès de ceux qui appuient et de ceux qui n’appuient pas la grève. Mais, dans ce conflit qui perdure, ce que je déplore est l’inaction du gouvernement, la violence contre les étudiants et les professeurs qui se retrouvent entre l’arbre et l’écorce. Je suis inquiète pour mes collègues qui vivent une situation épouvantable tout en me sentant coupable d’être soulagée d’être en congé sabbatique au loin. Pas facile à vivre pour personne cette grève…