À la guerre contre le plagiat! Academic Integrity is crucial!

Quelques idées qui me viennent…

« Oui au copier/coller/citer dans l’apprentissage de la rédaction universitaire » 11 juin 2017

Filed under: écriture,étudiants,copier/coller,université — Martine Peters @ 10:49
Tags:

Le 2 juin, Sonia Morin, du Service de soutien à la formation de l’Université de Sherbrooke, a présenté une communication dans le cadre du regroupement sur les stratégies de créacollage numérique. Sa communication examinait le copier/coller/citer lors de la rédaction de travaux universitaires. La notion d’originalité, la reformulation, le patchwriting, le résumé, entre autres, ont été le sujet de la communication. Passionnée, Sonia nous a livré une excellente présentation. Si vous avez le goût de l’écouter ainsi que la période de questions qui a suivi, vous pouvez le faire en cliquant sur le lien suivant: http://adobe.uqac.ca/p2v5fmrnfxl/  .

Bonne écoute!

 

 

Un endroit pour acheter votre travail de session 17 avril 2017

Filed under: écriture,étudiants,Essay mills,plagiat — Martine Peters @ 05:22

J’ai besoin d’un travail pour mon cours de politique, je n’ai pas le temps de l’écrire, qu’est-ce que je fais? Je l’achète tout simplement. C’est un phénomène de plus en plus présent dans le milieu universitaire. Or, il y a un mouvement dans plusieurs universités qui débute qui souhaite faire en sorte que les services de rédaction (essai mills) soient considérés comme illégaux. Ainsi, ce ne serait pas seulement le plagiaire qui serait puni mais également celui qui a rédigé le travail. Ce serait le même phénomène que le vendeur et l’acheteur de drogue (pour le moment) qui peuvent être poursuivis en justice. Il est grandement temps que le gouvernement prenne position et produise une loi sur la vente de travaux en ligne…

Ainsi, les sites web comme celui-ci ne pourraient plus offrir le type de services suivants: « Laissez-nous reformuler vos idées en un texte fluide et concis. Que ce soit pour un travail de session, un site web, une publicité ou un article de journal, nous avons la plume qu’il vous faut! Aucun plagiat. Originalité garantie! » (Français 123 Service de traduction, de correction, de rédaction, de révision, de transcription, de tutorat, etc.).  L’étudiant achètera un travail qui ne contient aucun plagiat mais plagiera lorsqu’il remettra le travail à son professeur!

 

 

 

Compromising learning with plagiarism 14 avril 2017

Filed under: étudiants,Essay mills,plagiat,tricherie,université — Martine Peters @ 05:05

Would you want a heart surgeon who plagiarized to operate on you? Or have a teacher for your child who cheated while in teacher training? An article in the University World News by Brendan O’Malley (January 2016) exposed the growing number of plagiarism cases in the UK. One executive interviewed was quoted as saying that cheating  « devalues the efforts of students who work hard to achieve their degrees. It also damages the student who commits the fraud as they will not benefit from the research and learning experience« . The finger for the rise in plagiarism is pointed at essay mills and foreign students in the article as the principal culprits. All of the people interviewed explain that cheating is dealt with very seriously in their institutions but nobody mentions what is done to prevent it…

 

 

 

Bilan en cinq temps 5 décembre 2012

Filed under: étudiants,Chine — Martine Peters @ 04:53

On me demande de commenter mon année en Chine pour le Forum Chine et francophonie. Voici donc un bilan en cinq temps.

1-    Les Chinois, que j’ai rencontrés, sont des gens super accueillants, généreux et amicaux. J’ai été reçue, à peu près partout où je suis passée comme de la royauté.

2-    La langue est un obstacle important. En effet, l’impossibilité de communiquer avec les gens m’a certainement empêchée d’apprendre énormément sur la Chine et ses habitants. Je dois me mettre au Mandarin avant la prochaine sabbatique.

3-    L’enseignement y est bien différent de celui au Canada. Les cours sont beaucoup plus magistraux, les étudiants ne dérangent pas pendant les classes et font leurs lectures avant le cours et leurs travaux à temps. Par contre, ils n’aiment pas vraiment répondre aux questions et avoir des discussions pendant les cours. Tous ont tendance à vouloir savoir précisément les exigences du professeur afin de lui remettre exactement la même chose que tous les autres étudiants dans la classe.

4-    La vie quotidienne est très différente de la vie au Canada, beaucoup plus lente avec une journée qui commence beaucoup plus tard et qui se termine aussi plus tard. Par exemple, j’ai vu des enfants chinois en bas âge debout encore à 22 h le soir ce qui ne se voit que très rarement au Canada. Par contre, ces mêmes enfants chinois dorment le matin dans leur lit avec grand-maman et grand-papa qui le gardent à la maison plutôt que d’être réveillés très tôt pour se rendre à la garderie comme c’est le cas pour les enfants canadiens. Pour les adultes chinois, la sieste à tous les jours, c’est un grand luxe que les Canadiens devraient se payer plus souvent! J’ai vu des Chinois dormir un peu partout à l’heure de la sieste : à l’université, dans le métro, les parcs, les restaurants et même les magasins sur la caisse enregistreuse!

5-    Finalement, comment ne pas parler de la nourriture que je manque énormément depuis mon retour au Canada. Nos épiceries canadiennes contiennent une grande variété d’aliments, sans aucun doute, mais la fraicheur des fruits et légumes… aucunement comparable à celle des épiceries chinoises. Les produits chinois ne sont pas tous préparés et congelés ou mis en boîtes de conserve. Et que dire des restaurants, des petits vendeurs sur le coin de la rue qui offrent brochettes ou « stir-fry » en deux minutes pour quelques sous!

 Oui, la Chine, un pays à visiter et à revisiter dans mon cas!

IMG_1973

 

Déçues toutes les deux! 28 novembre 2012

Filed under: étudiants,travail d'une universitaire,université — Martine Peters @ 21:41

Mon étudiante est venue me rencontrer dans mon bureau LUNDI! Elle m’a reproché de ne pas lui avoir écrit un message courriel pour lui signaler son erreur…

Elle a beaucoup pleuré en expliquant qu’elle déteste les technologies et que si elle avait pu remettre son travail sous format papier, elle l’aurait fait quatre jours avant la date limite. Elle a suggéré que je demande aux autres étudiantes ce qu’elles pensaient que devrait être la pénalité imposée pour le retard parce qu’elle-même n’avait pas d’idée, n’étant pas objective devant la situation.

Lorsque je lui ai dit que la direction du module suggérait une pénalité de 25 %, les larmes ont recommencé de plus belle. Je lui ai redemandé de me faire une suggestion, de négocier à la baisse la pénalité. Elle n’a jamais voulu. Finalement, parce qu’elle faisait pitié et que son argument sur la technologie était plus ou moins légitime, j’ai diminué la pénalité à 20 %. Elle est tout de même partie fâchée, déçue et sans aucun remerciement bien que sa note de 0 soit effacée…

Ma réaction : déception, mais aucune surprise!

 

Le chien a mangé mon travail! 26 novembre 2012

Filed under: étudiants,travail d'une universitaire,université — Martine Peters @ 21:51

À l’université, comme au primaire ou au secondaire, certaines situations avec la remise des travaux sont parfois cocasses, parfois ennuyantes. Cette semaine, je fais face à une situation du deuxième type… Mon étudiante, après avoir reçu un 0 pour son travail, se réveille et se rend compte qu’elle a déposé dans Moodle le mauvais document. Maintenant, ce n’est plus le chien qui se fait blamer, c’est la technologie. Ledit document ne répond pas du tout aux exigences du travail.

Après m’avoir écrit (au moins cinq fois puisqu’il semble que la situation l’empêche de dormir), elle exige une rencontre. Oui, vous avez bien lu. Exige une rencontre dans son message courriel, avec le sujet en majuscule LUNDI (sans majuscules dans le corps du texte, ni ponctuation ou de signature). Sentez-vous la moutarde qui me monte au nez? L’approche client se retrouve de plus en plus dans nos universités…

Tous les travaux corrigés ont été remis aux étudiants. La pôvre étudiante a donc accès à la rétroaction des autres travaux pour améliorer le sien si je lui permets de remettre son travail maintenant. Par contre, si je refuse une nouvelle version du travail, j’évalue son organisation et non ses compétences de future enseignante. Que feriez-vous avec cette situation?

A+  A   A-  B+  B   B-  C+  C   C-  D+  D   D-  E  

 

Une bourse assez différente 14 novembre 2012

Filed under: étudiants,blogue — Martine Peters @ 04:46

Les étudiants sont toujours à la recherche de bourse pour les aider à payer leurs études. L’organisme College scholarship.org offre, chaque année, une bourse de 10 000 $ à un étudiant qui écrit un blogue. Quelle belle initiative! Tout ce que l’étudiant doit faire c’est écrire sur un sujet qui le passionne. Un des critères d’éligibilité est assez drôlement formulé :

« If you win, you must be willing to allow us to list your name and blog on this page. We want to be able to say we knew you before you became a well educated, rich, and famous blogging legend. »

Est-ce qu’il y a des gens qui deviennent célèbres grâce à leur blogue? Bonne question…

 

P.-S. Malheureusement, les bourses sont offertes seulement aux étudiants américains.