L’importance de raconter des histoires

Depuis notre arrivée en Asie, nous avons fréquemment fait des tours guidés, que ce soit en autobus, en bateau ou à pied. Nous avons rencontré une grande variété de guides, de très bons comme de très mauvais. Un guide, c’est comme un enseignant. Il doit captiver son public, le faire rire et lui donner l’envie d’en savoir plus. S’il réussit ce défi, le pourboire risque d’être plus grand, contrairement à l’enseignant! 🙂  Malheureusement, plusieurs personnes pensent qu’elles peuvent s’improviser comme guide et comme enseignant. Le résultat n’est pas toujours heureux…

Cette semaine, au Japon, nous avons rencontré Kondo, un guide très professionnel qui nous a fait visiter, à pied, le quartier Gion de Kyoto. Il nous a fait découvrir les petits dédales de ce voisinage en soulignant la présence d’architecture de différentes époques. Kondo a réussi à nous captiver par ses histoires de Maiko et de Geiko (les geishas apprenties ou diplômées). Il était dans son élément devant une « étable » de geishas, à chuchoter leurs histoires, question de ne pas déranger, mais également de ne pas insulter ces femmes qui ne sont pas des prostituées, mais des artistes selon lui.

Plaques indiquant le nombre de Geishas en résidence dans l'étable

Plaques indiquant le nombre de Geishas en résidence dans l’étable

Lorsque je lui ai demandé s’il accepterait que sa fille devienne une geisha, sa réponse était ambiguë. Oui parce que ses femmes ont une formation qui en fait des femmes cultivées, mais non parce que très peu d’entre elles réussissent à se faire un nom, à obtenir un salaire qui leur permet de vivre à l’aise. Savez-vous qu’un seul des ornements (nous en avons vu plusieurs dans la vitrine d’une boutique spécialisée pour les geishas) que la geisha porte dans ses cheveux peut couter jusqu’à 1,500 $ et qu’elle porte environ 4-5 de ces accessoires lorsqu’elle donne un spectacle? Imaginez le coût de ses kimonos!

Kondo nous a aussi raconté comment les Japonais pendent de petits singes colorés, attachés aux mains et pieds dans les temples afin que ceux-ci gardent, entre leurs pattes, les 108 tentations qui attirent les humains vers le mal…

Singes

Dans un autre temple, Kondo nous a expliqué comment obtenir sa prophétie en brassant un bocal fait de bambou contenant des petits morceaux de bois sur lesquels est écrit un chiffre qui correspond à votre destin. Pour 100 yens (120 $), la dame vous remettait un bout de papier avec tous les détails sur votre futur. Je me suis prêtée au jeu et grand malheur, mon destin était complètement noir! Aucune chance en amour, au travail, avec la famille et les amis, bref, un désastre. Kondo m’a consolée en m’expliquant qu’on pouvait prendre son bout de papier et l’attacher sur un arbre ou une clôture qui se trouve dans le temple et ainsi laisser son mauvais destin derrière soi. Il va sans dire que c’est ce que j’ai fait!

Clôture pour laisse les mauvais destins!

Clôture pour laisse les mauvais destins!

Heureusement, au troisième temple, mon destin, avec le numéro 13 (Kondo a précisé qu’au Japon, le numéro 13 n’a pas la connotation désastreuse qu’il a dans le monde occidental) était magnifique. Je serai heureuse en amour, au boulot, j’aurai de la chance en affaire, et je serai en santé pendant longtemps. Je n’ai évidemment pas laissé ce merveilleux destin au temple et je n’ai plus tenté ma chance dans un autre temple après avoir obtenu ce destin! J’ai suivi la recommandation de Kondo et je transporte maintenant précieusement mon papier numéro 13 dans mon porte-monnaie!

Kondo qui me lit mon destin!

Kondo qui me lit mon destin!

Bref, Kondo a réussi à susciter l’intérêt chez nous pour l’histoire du quartier Gion et de ses habitants. Il était tellement bon que nous l’avons suivi, comme des moutons, pendant deux heures et demie, sous la pluie, pour l’écouter. Nous l’avons bien récompensé à la fin de sa performance! 🙂

Avec Chouchou en Kimono au musée "Housing and Living"

Avec Chouchou en Kimono au musée « Housing and Living »

Publicités

2 réflexions sur “L’importance de raconter des histoires

  1. Que vous êtes beaux en kimono ! J’espère que Chouchou se réconcilie un peu avec le Japon suite à votre visite guidée avec Kondo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s