À la guerre contre le plagiat! Academic Integrity is crucial!

Quelques idées qui me viennent…

Premier atelier sur le créacollage numérique pour les étudiants 11 mars 2012

Filed under: Chine,créacollage,Google,Internet — Martine Peters @ 14:35

Jeudi, j’ai donné le premier atelier de créacollage numérique pour les étudiants. La première étape du créacollage est de trouver de l’information. L’atelier portait donc sur les stratégies de recherche d’informations. Comme l’atelier n’a été annoncé que deux jours d’avance, je n’ai eu que sept participantes…

Avec elles, nous avons travaillé à l’ordinateur les mots-clés, les opérateurs booléens, les divers moteurs et métamoteurs de recherche.

À la fin de l’atelier, pour satisfaire ma curiosité, j’ai demandé aux étudiantes de remplir un petit sondage sur ce qu’elles connaissaient avant l’atelier et ce qu’elles y avaient appris.

Résultats non généralisables! 🙂

  • Toutes les étudiantes disent avoir recours à deux moteurs de recherche seulement : Baidu et Google.
  • 6 sur 7 disent avoir parfois les bons mots clés pour leur recherche sur Internet, la 7e dit qu’elle a les bons mots clés la plupart du temps.
  • 6 sur 7 ne connaissaient pas les opérateurs booléens avant l’atelier
  • 4 sur 7 ne connaissaient pas l’option « recherche avancée » des moteurs de recherche et celles qui étaient en courant s’en servent rarement
  • Finalement, que font-elles lorsqu’elles ne retrouvent pas l’information voulue :
    • 5/7 vont à la bibliothèque
    • 6/7 demandent de l’aide à un ami…

Intéressant comme données! Il semble donc, comme le disent les nombreuses recherches sur les habitudes de recherche d’informations des étudiants nord-américains, que les étudiants chinois, eux aussi, ont de la difficulté à chercher efficacement…

Publicités
 

5 Responses to “Premier atelier sur le créacollage numérique pour les étudiants”

  1. Andrée Says:

    Pourrais-tu nous écrire un billet sur les « opérateurs booléens »…
    C’est du « chinois » pour moi et j’aimerais bien apprendre!

  2. Gilles Jobin Says:

    Martine,
    Il faudrait que tu définisses rechercher «efficacement».
    Pour ma part, je connais bien les opérateurs et la recherche avancée, MAIS JE NE M’EN SERS absolument jamais, car je trouve toujours.
    Et quand je ne trouve pas… (ce qui est TRÈS rare), c’est que l’info est très très très bien enfouie (ou n’existe tout simplement pas sur le web.) Et, donc, opérateurs booléens ou pas, tu n’arriverais pas plus à trouver.
    Je ne connais AUCUN exemple où la recherche en posant une question adéquate à Google n’a pas réussi là où les opérateurs ont trouvé ! (Je suis preneur si tu as de tels exemples.)
    Conclusion : il ne faut pas perdre son temps à enseigner ces bidules ! Mieux vaut enseigner l’art de poser adéquatement à Google (ou autres) sa question.

  3. Andrée, je te ferai un billet prochainement sur le sujet.

    Gilles, tu trouves probablement toujours ce que tu veux parce que tu as beaucoup d’expérience à chercher. Mais n’oublies pas que l’atelier était donné à des étudiants universitaires, qui étudient dans une langue seconde, et dans un pays où de nombreux sites web sont bloqués. L’option avancée de chercher selon la langue du site web peut certainement leur être utile… Comme toi, je suis d’accord avec l’importance des mots clés. D’ailleurs, le premier exercice de l’atelier portait justement sur comment choisir les mots-clés pour une recherche. Par la suite, il a été question de faire une recherche avec des opérateurs booléens et une recherche avancée. Je crois fermement que d’enseigner aux étudiants d’autres stratégies de recherche n’est pas une perte de temps, au contraire. Savoir que ces outils existent, c’est avoir l’option de les utiliser si on ne trouve pas.

  4. Gilles Jobin Says:

    Martine,
    Je pense qu’on peut passer 3 minutes pour indiquer que ça existe, et c’est suffisant. 🙂

    En fait, les mots clés ne sont presque plus utiles. Généralement, il suffit d’entrer une phrase plus ou moins simple du genre : «Quelle est la date de naissance d’Albert Einstein». Inutile d’entrer des bidules booléens !
    Je pense que plutôt d’enseigner les options avancées, il faut plutôt montrer comment poser des questions, et les «bons» sites à utiliser selon les contextes. Par exemple, si je cherche la date d’un naissance d’un auteur parfaitement obscur, et que Google (ou un autre) ne trouve pas, alors on peut suggérer de fouiller dans les bdd des grandes bibliothèques du monde. Et si on ne trouve toujours pas… que doit-on faire, d’après toi ? Des opérateurs booléens ? Et si on trouve UNE réponse, comment faire pour la confronter à une deuxième source ?

    Mais le problème il est là : comment développer l’intuition (le feeling) quand on recherche sur le web ?

    Au plaisir,
    G.

  5. Bonjour Gilles,

    Je tiens à noter que lorsque tu fais une recherche avec Google, tu utilises automatiquement les opérateurs bouléens… Google mets automatiquement des ET entre tous les mots que tu ajoutes. En quelque sorte, je crois que tu donnes raison à Martine en lui disant que tu trouves toujours tout ce que tu cherches lorsque tu utilises Google.

    À moins de changement récents, inutile aussi de « poser » une question sous la forme d’une phrase. Google ne prend pas en compte les « le, la les, un, une, des » lorsque tu « poses » une question…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s