Le blogue de Martine Peters

Quelques idées qui me viennent…

Du coucounage aux travaux forcés 2 octobre 2011

Filed under: éducation,Chine — Martine Peters @ 20:00

Les bébés en Chine sont les joyaux de la famille.  C’est fort probablement dû au fait qu’il n’y en a souvent qu’un seul par famille. Depuis notre arrivée en Chine, j’ai vu des bébés être câlinés, bichonnés, gâtés par les parents et les grands-parents. Les vieux yéyés les promènent à la journée longue, apparemment pendant que la grand-mère fait la cuisine.  Tout ce que font les tout-petits est applaudi. Et je suis la première parce que je les trouve adorables.

Par contre, lorsqu’ils vieillissent, ils semblent disparaître ces enfants. Pourtant, ils doivent bien exister !  Nous ne voyons que très rarement les enfants de 4 ans à 16-17 ans dans la rue ou au parc. Où sont-ils ? Personne encore n’a pu nous renseigner mais nous supposons qu’ils sont à l’intérieur à faire des travaux scolaires.

Voici ce que mes étudiants m’ont dit: le boulot d’un enfant chinois, c’est l’école. Et l’école a la plus haute importance car le niveau de réussite d’un élève déterminera le reste de sa vie.

Voici un extrait de la dissertation d’une étudiante sur la vie d’un étudiant chinois :

In China, the students work very hard to make excellent academic performances. Only in this way can they get the higher scores to be enrolled for a better school. They seldom have their leisure time to do what they like. For an instant, when the student in primary school, his parents urge him to take part in some training course on weekend to improve his ability so that he wouldn’t fall behind with others. So the Chinese student are devoted themselves into study. But also in such education way the students know much knowledge, they can adapt something quickly in latter life. In meanwhile, they can recognise the fierce competition in the society when they are students. They know they can become a better person by hard working.

Un père chinois m’a dit que la façon d’encourager un enfant n’est pas de lui dire qu’il a bien travaillé mais de lui dire de travailler plus fort ! Bref, c’est le changement drastique entre la petite enfance et la vie scolaire des enfants chinois. Fini le coucounage et bienvenu aux travaux forcés !

Photo: http://iber.berkeley.edu/iberbulletinonline/gradstudentnews/2009fall_lu_admissionspolicy.html
Advertisements
 

One Response to “Du coucounage aux travaux forcés”

  1. Andrée Says:

    O.K. Je vais demander à ta filleule de lire ce billet.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s